| Accueil | Histoire | Patrimoine local | Circuits pédestres | Village ouvert | Fête du sport | Cartes postales |
 

Accueil

Histoire

Patrimoine local

Circuits pédestres

Village ouvert

Fête du sport

Cartes postales


 

 

 

Chaque village a son histoire. Notre église y tient une place primordiale, mais ce n'est cependant pas le seul héritage de notre passé. Merci à M. Bernard Matton pour les documents et les informations fournis.

Analyse du nom de lieu ou toponyme : GUARBECQUE

Guarbecque, ne l'oublions pas, est également le nom de la rivière qui traverse notre village.
Le plus ancien titre où il en est fait mention, l'appelle : MARSBECQUE en 887. " MARSH " signifie marais, marécage en anglais, ou encore " MARSCH-LAND ", contrée, pays marécageux en allemand. Par ailleurs, on lit dans les écrits anciens que nous sommes ici (à Guarbecque) en " pays aquatique et marécageux " et à l'entrée du " bas-païs ". BECKE, BECQUE, BEEK, BEKE signifie ruisseau, cours d'eau, rivière en saxon et en idiome flamand ( ex : Morbecque : le ruisseau de boue). On peut donc conjecturer l'étymologie du mot MARSBECQUE comme étant le ruisseau du marais ou le ruisseau du marécage.

Le plus ancien titre connu, où il est fait mention de notre localité, remonte en 1079 : le village y est cité sous la dénomination latine de WARBECA. Au " W " picard ou germanique peut correspondre le " G " dur français qui le remplacera au fil des siècles. GARBEKA apparaît en 1190, GARBEKE en 1216, GARBECQUE en 1243 puis finalement GUARBECQUE en 1758 où l'orthographe du nom du village apparaît avec un " U " après le " G ".

" WARTE ", donjon ou beffroi en allemand, " WARDE " garde en picard fait apparaître une autre signification. On sait que vers 1820, près de la rivière, on apercevait encore les ruines d'un donjon dans l'enceinte de l'antique manoir du GRAND CARLUY aujourd'hui disparu (ce manoir se situait près du nouveau cimetière). " WARBECA " soit " WARBECQUE " en français, pourrait alors aussi signifier la tour de garde (en bois) ou la tour de l'église actuelle, commencée à la fin du XI ème siècle qui se situe près de la rivière.
Ainsi, c'est en son nom que GUARBECQUE prend toute sa dimension.


2 lieux qui ont marqué jadis l'histoire de notre village.

Le mot CARLUY a été diversement écrit selon les époques et les régions : CARLUIC, CARLEWICH ou CARLUIS, CARLEWICQ, CARLUICQ (qui était fief de Wisques), CARLUY (qui était fief de Delettes)…, mais également d'après les personnalités locales d'antan reconnues dans les
divers écrits d'époque (relatant notamment la perception de la dîme dans notre région): CARLUWI (Marti de), KARLUIC (Adam de), CARLEWIT (Hanins du PETIT), CARLEWI (Willaume de)…

Concernant le village de Guarbecque, on sait que cette dénomination était déjà appliquée aux deux fermes ou hameaux de ce nom avant la construction du clocher de l'église actuelle au XII ème siècle. On sait aussi qu'Antoinette de Villerval, compagne de Messire Frédéric de Melun, était propriétaire de Cottenes (St Hilaire Cottes), Hamel (Lambres), Carluy (fief de Guarbecque) au début du XVI ème siècle. Il semble que l'on peut en conjecturer l'étymologie de la façon suivante :

CARL veut certainement dire : Charles.
Quant à la finale UIC, elle doit venir du mot celtique : VIK qui signifie : Château, Manoir. Ceci paraît confirmé par la terminaison anglaise des XIII ème et XIV ème siècles : CARLEWICH ; WICH en anglais veut dire : demeure, habitation. Si on lit encore CARLUIS: HUIS, signifiait, en effet, dans notre vieille langue française : porte d'une habitation, entrée d'un manoir.

Le mot CARLUY peut donc être considéré comme voulant dire : MANOIR ou HABITATION de CHARLES.

Nous trouverions-nous ici en face d'un ancien domaine royal ayant appartenu au célèbre et noble fils de Pépin le Bref et frère de Sainte Isbergue, Charles, mieux connu sous le nom de Charlemagne ? … (*)

On sait, en effet, que Pépin le Bref résidait volontiers à Aire sur la Lys et qu'il avait des domaines dans les environs. Ou bien ne s'agit-il pas simplement d'un autre seigneur du pays portant le nom de Charles ? … C'est un problème que les fouilles dans les vieilles archives éclairciront peut-être un jour.

(*) Selon certains auteurs, il semblerait que la confusion ait existé entre Sainte Isbergue et Gisèle, sœur de Charlemagne, ce qui donne à ce chapitre une tournure légendaire. Mais ne dit-on pas que dans toute légende (celle-ci est tellement édifiante !) existe un fond de vérité ?…

dernière mise à jour du
Mairie de Guarbecque